Les différents diagnostics immobiliers à faire pour une location saisonnièreLes différents diagnostics immobiliers à faire pour une location saisonnière

La location saisonnière est une location meublée qui s’étale sur une durée moyenne de 3 mois. Elle est destinée aux personnes voulant passer une période réduite au cœur d’une ville. Mais avant de procéder à une location saisonnière, il importe de faire certains diagnostics immobiliers. Ceux-ci sont mis à la disposition de toute personne intéressée par la location saisonnière du logement. Découvrez ici ces différents diagnostics immobiliers.

Le diagnostic technique amiante

Dans votre posture de responsable d’appartements meublés, vous vous demandez sûrement quels diagnostics immobiliers réaliser pour louer son bien sur les périodes estivales. Le DTA ou diagnostic technique amiante est l’un des premiers à prévoir pour vos locataires. Ce dernier évalue le niveau d’exposition de votre résidence au plomb. À travers ce document, vous attestez aux locataires si votre logement meublé contient ou non des matériaux contenant l’amiante. Ce diagnostic est seulement indispensable pour les logements entrés en construction avant la date du 31 juillet 1949. Ceux ayant reçu leurs autorisations de construction en 1997 sont également concernés. Au cas où vous faites des rénovations récentes, il serait prudent de refaire ce document pour savoir si le test est toujours négatif.

Diagnostics des installations électriques et gazières

En plus du diagnostic technique amiante, il est important de faire un diagnostic des institutions électriques et gazières du logement. En effet, l’état des installations électriques et gazières garantit le confort du logement. Il rassure le locataire que les installations soient en état et qu’il puisse en jouir pleinement sans le moindre risque. C’est un diagnostic que vous devez renouveler chaque 15 ans pour votre bien immobilier en location meublée. Il est important de solliciter un agent accrédité par l’État pour faire ce diagnostic afin d’avoir un document légal. Avant de choisir cet agent, vous devez vous assurer qu’il a de l’expérience et la compétence pour faire un bon diagnostic.

Diagnostic des risques et pollutions

Le diagnostic des risques et pollutions encore document ERP est un acte indispensable pour faire de la location saisonnière. Surtout lorsque votre logement meublé se trouve dans une zone soumise au plan de prévention des risques. En vérité, le document ERP a pour intention d’informer les locataires des pollutions naturelles et technologiques qui impactent le bien immobilier meublé. C’est un document valide sur une durée très restreinte de 6 mois et son obtention est à ce jour dématérialisée. C’est désormais possible de l’avoir aisément en ligne après les démarches de contrôle préalables. Il est alors possible de transmettre une version numérique à votre locataire et de garder une preuve d’envois et le tour est joué.

Le DPE

L’autre diagnostic immobilier à réaliser avant de vous lancer dans la location saisonnière est celui du DPE. C’est un diagnostic qui s’étend sur 10 années et concerne la performance énergétique de votre logement. En effet, ce type de diagnostic informe sur le niveau de consommation énergétique d’une résidence locative. Ce dernier quantifie la capacité du logement à émettre les gaz qui impacte la couche d’ozone. En d’autres termes, plus votre résidence possède un DPE élevé et mieux il occasionne de grandes dépenses d’énergie. C’est donc un diagnostic que le locataire doit obligatoirement avoir, surtout quand la location doit excéder 3 mois.

En résumé, pour réaliser une location saisonnière, il est nécessaire de faire 4 différents diagnostics immobiliers. Il s’agit du diagnostic technique amiante, du diagnostic de performance énergétique, de l’état des risques et pollutions et de celui des installations électriques et gazières.